Mosques of the University of Timbuktu, 2012, desecration

By Drawn by Martin Bernatz (1802–1878) after a sketch by Heinrich Barth (1821-1865). The lithograph was produced and printed by M. & N. Hanhart [Public domain], via Wikimedia Commons

The City of Timbuktu contains much distinctive architecture drawing on the desert and traditional west African Islam. Particularly noticeable is the low elevation of the wood and daub mosques that are central to the faith there.

Unesco has declared a World Heritage Site there included 16 cemeteries – eight of which have now been destroyed – and mausoleums. They were deemed essential elements in a religious system as, according to popular belief, they constitute a rampart that shields the city from all misfortune. due to its distinctive architecture drawing on the desert and traditional west African Islam.

Medersa Sankore

The Doors of the Mederesh Sankore, Phootgraphy by KaTeznik [CC BY-SA 2.0 fr (], via Wikimedia Commons

In the summer of 2012, members of Ansar Dine broke down the doors of the Sidi Yahya mosque, which according to legend were not to be opened until the end times. They claimed that the reverence for the site was idolatrous, but offered roughly $100 US dollars to repair the mosque.[1]

The mausolea were attacked for supposed violations of Sharia. The desecrataion was roundly condemned, and in 2015-6, local masons worked from old photographs restored the Mosques and mausolea. That the work was completed during continuing unrest in Mali is all the greater tribute to the artisans’ skill.

The cultural destruction formed the main charge in the ICC prosecution of AL Faqi Al Mahidi, who has admitted complicity and asked for forgiveness.

Cycling Culture, a visual extract

A wall mounted light fixture made from the stem and handlebars of a bicycle. Lampshades are fitted to the ends of the drop bars twisted outward.
Wall-mounted handlebar and stem lamp.

A recent tweet by Irish Cycle magazine left me pondering what a “cycling culture” would actually look like. Like all best ideas, the answer came on a trip to the conveniences in a local pub. It’s one of those designs daringly simple and, erm, blindingly obvious once completed.

Whether it’s an direct tribute or not, the lamp has an obvious antecedent, Pablo Picasso’s sculpture of a Bull’s Head. Picasso claimed to have found the parts discarded in a jumble, the vision of a bull’s head coming to the Spaniard immediately.

Catalogued as "Bicycle Seat" in 1944, the sculpture is known as "Tête de Taureau" or "Bull's Head". Picasso said the vision came to him immediately as he spied the objects jumbled together, merely welding them together.
Catalogued as “Bicycle Seat” in 1944, the sculpture is known as “Tête de Taureau” or “Bull’s Head”. Picasso said the vision came to him immediately as he spied the objects jumbled together, merely welding them together.

It has become one of his most famous sculptures drawing lavish praise:

“…described by art critic Eric Gibson as unique amongst Picasso’s sculptures for its ‘transparency’ – the constituent found objects are not disguised. He says the sculpture is “a moment of wit and whimsy …both childlike and highly sophisticated in its simplicity, it stands as an assertion of the transforming power of the human imagination at a time when human values were under siege.”

The slender saddle almost seems quaint today but it is its worn point that evokes the Bull’s nose so well. The “wraparound” style of handlebars, also apparently out of vogue, give the bull his virility and fearsomeness. The lamp maker uses his own raw materials equally well, the drop handlebars lean into the hallway, spilling light without dominating the space.

Picasso has drawn plenty of bulls, and his lithograph demonstrating abstraction has become famous after the New York Times reported that the internal “Apple University” used it as an example of paring things down to the essentials.

Picasso, lithograph of Bull, 1945

So Cycling Culture has its own aesthetic. It’s elegant and (re) purposeful. Just like a bicycle.

Bicycle image

Parkour in Palestine


Checking up on some details if photo licensing on the Getty Images website, I came across these arresting images. On a Master’s program in Bordeaux, Banksy was the focal point of all sorts of hypothetical difficulties for cultural policy and art law. Conservation seems furthest from one’s mind in the circumstances.

Online Newspapers look to HTML5 to Develop a New Format for News Features

I noticed a couple of nice features recently that really grasp the possibilities of “web native” documents and content. The web was of course envisioned by Berners- Lee as a document platform to run on the Internet, yet for a long time, much, though not all, digital content still relies on analogue metaphors, not least the pdf file.

The Well blog of the New York Times combines video, text, and still and animated graphics to explore the detection nous of the miniature accelerometers inside fitness trackers. Understanding how well the sensors work is key to understanding the strength and limitations of the product itself.

Videos and graphs play themselves in unison as the reader scrolls down the page. This is a  particularly nice touch as the interactivity comes from the mere action of browsing and reading the page itself, recalling the joy of  a pop-up book.

Video and graphics auto play in unison as the reader scrolls down and up the page.
Video and graphics auto play in unison as the reader scrolls down and up the page.

the Daily Telegraph documents the timeline of the famed allied airmen escape from Stalag Luft III POW Camp in 1944.

A historical timeline using canvas animation to show the deroulement of events
A historical timeline using canvas animation to show the deroulement of events

Original illustrations, by Flt Lnt. Ley Kenyon, a POW, are in pencil and evoke the scenes well. (I particularly liked how he does the wire fences.)

These sites use a HTML5 feature called parallax scrolling, and one feels that websites have only just begun to scratch the surface with what it can  do. One implementation is the Storyboard software that the Telegraph and others used to create their graphic.

As printed newspaper circulations fall, their written articles face increasing competition and from free publications and new platforms, such as Facebook’s Instant Articles. Traditional newspapers are reassuringly adding this kind of feature akin to how they did so with colour, photographs and new fonts added in previous generations.

In 2013, a fine artist named Jennifer deWalt, looking for a new medium to work in, decided to learn to code HTML 5. She built 180 simple websites in 180 days, some of them quite engaging.

"Mondrian" one of 180 websites developed by fine artist Jennifer Dewalt.
“Mondrian” one of 180 websites developed by fine artist Jennifer Dewalt.

In fact the HTML5 spec can do all sorts of cool stuff that was previously the preserve of apps back, that is, when they were called programs. So a webcast can display captions timed to the audio or video track,

Mozilla has pushed the hardest in support of the “web as the platform concept” aiming to break down the walled garden of app stores. People do seem to enjoy the security and familiarity of native, exclusively distributed applications however. Though more and more websites are becoming app-like in their features, and for many the added expense of native development is unnecessary.

L’excéption consérvation mise en oeuvre à l’INA

L’on sait tous que le droit d’auteur, en France comme ailleurs, incite la création en accordant des droits exclusifs à ceux qui créent. L’on ne peut pas copier, au sens large, une œuvre quelconque, chanson, film, livre, tableau, photographie, sans la permission du chanteur, réalisateur, écrivain, peinture ou photographe qui l’aurait créé. Beaucoup moins  présentes sont les exceptions qui tempèrent ce monopole, mais un passage il y a quelques mois déjà, aux services de l’INA au Pessac, m’a donné un coup de pouce à consacrer une série de billets aux exceptions au droit d’auteur français à l’art 12265 du CPI.

Parmi elles, il en existe une au profit des “bibliothèques, …des musées ou …des services des archives” (al. 8). Cet alinéa permet la “reproduction d’une œuvre et sa représentation”–copier au sens large– uniquement à des fins « de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation ». Car les bibliothèques et musées, ne sont-ils pas bons copains aux auteurs ? 

La marge de main œuvre des bibliothécaires renforcé

Telle était la cacophonie autour de l’outil répressive HADOPI, qu’une nouvelle rédaction de ce petit alinéa s’est trouvé quelque peu étouffée. L’exception permet désormais la représentation des œuvres copiées, et ainsi conservées, où seule la reproduction fut auparavant envisagée, et introduisît la notion de “communication au public” mais seulement «dans les locaux de l’établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public ».

La clarification est bienvenue car l’exception, dans sa rédaction issue de la loi DADVSI, était quasi-inutilisable, un établissement pouvant numériser (reproduire), un document dégradé pour conserver l’œuvre qu’il contient mais ne doit pas la communiquer (représenter) à son public. En effet, le processus de numérisation implique une multitude des actes de reproduction et de représentation, qui, pour une œuvre non encore en domaine public, mettent en cause des droit patrimonial de l’auteur original. On aboutit à une situation où le pauvre musée, bibliothèque ou archive craigne la justice faite de la main de l’auteur dont l’œuvre il aurait tenté d’épargner du passage de temps. Ces actes nécessiterait une autorisation préalable de l’auteur, ou plutôt ses ayants droits, à moins que l’institut puisse se prévaloir d’une exception législative. En outre, il est souvent très difficile de retracer ces ayants droits.

L’avantage numérique

En lisant les commentaires des certains juristes spécialisés en la matière, l’on s’aperçoit  de l’attente que la copie soit d’un support à un autre du même type, qu’il s’agit, par exemple, de faire le facsimilé d’un livre abimé. Aujourd’hui la copie pour conservation et recherche à vocation d’être numérique : c’est la technologie de pointe, la moins couteuse et aussi la plus utile. Le mouvement de digital humanities entreprend un vaste chantier des nouvelles recherches sur des œuvres de l’esprit. En France, l’INA travaille sur la mise en œuvre des outils d’analyse visuelle et sonore permettant des recherches innovatrices à grande échelle sur le cinéma et la télévision. Un outil mis à point par l’institut sait même scanner toute image reçue à titre de dépôt légal pour détecter les contrefaçons. Le système fut d’ailleurs adopté par Dailymotion. Ironique, alors, que ces copies soient accusées de porter atteinte à l’exploitation normale des œuvres. Au Royaume-Uni, pays fondateur du régime moderne de propriété littéraire et artistique, une réforme vient d’introduire un jeu complet des exceptions, très limitées avant, dont une spécifiquement pour le texte et data mining. Cela met  sur de bases légales sûres des possibilités importantes en recherche linguistique, littéraire, sociologique, psychologique.

By Morgaine from Antwerp, Belgium (Cinemateca Portuguesa) [CC-BY-SA-2.0 (], via Wikimedia Commons

À l’international, le législateur typique a aussi frémi autour de la question ; en général, les professionnels du milieu décrient le même manquement de clarté que leurs confrères français. En Afrique du Sud, où la loi admet l’exception tout en interdisant la numérisation les bibliothécaires ont dû annuler des nombreuses prestations innovantes et ont vu dégrader les ouvrages de références les plus prisés*.

Le Zéro Cout caché des Auteurs

Le texte, il est clair, ne permet pas aux établissements d’augmenter leurs fonds mais de mieux conserver ce qu’ils ont licitement acquis. Nonobstant, aujourd’hui la conservation comprend le plus souvent numérisation et la consultation sur place n’est plus alors une question de la remise ou projection d’une pellicule ou cassette mais son visionnage sur écran d’ordinateur à partir d’un serveur. Il serait absurde que la loi empêche des établissements à travailler à la pointe de la technologie. Cependant, cette « dématérialisation » bouleverse une logique traditionnelle de concession des droits d’auteur par laquelle la licence est intimement liée au support de l’œuvre, et le droit cédé est physiquement limité par le nombre d’exemplaires. Ainsi, Christophe Alleaume critique « la véritable révolution » qui permet aux certains de jouir perpétuellement d’un achat dès lors que l’auteur aurait compté sur la dégradation du support**.

Primo, nous doutons fort que les auteurs souhaitent voir disparaître leurs œuvres de l’esprit pour des raisons aussi banales que l’oxydation des bandes magnétiques, un problème bien connu aux archivistes de l’INA. Une réussite commerciale va certes, engendre sa conservation grâce au volume d’exemplaires en circulation mais des auteurs ne poursuivent pas le rendement pécuniaire au dépens de tout autre objectif, tels leur appartenance à la postérité.

D’autant plus qu’il n’est pas clair que les œuvres en question soient même disponibles sur le marché. La BNF dénombre un peu d’un demi million de livres indisponibles, mais non encore tombés dans le domaine public. (Pour cela il y a certes, le projet ReLIRE de réédition numérique afin de les remettre sur le marché sans renégocier chaque contrat d’édition, mais on voit que reprendre un livre n’est pas aussi simple que “chacun sait”.) L’on a des bonnes raisons à croire que le nombre est beaucoup plus important en matière audiovisuelle. En effet, des nombreuses émissions et films dont l’INA est chargé à conserver ne sont jamais édités après leur première diffusion, il s’agit, par exemple, des magazines du soir, émissions d’actualité ou de sport, publicités. Des autres encore ne sont pas réédites en raison d’un manque de demande publique ou de la difficulté de faire céder les droits, un problème que même l’INA, content à désintéresser financièrement les ayants droits des auteurs, rencontre régulièrement.

Monsieur Alleaume, milite en outre pour une compensation à l’instar de la redevance copie privée. Cette dernière qui prend la forme d’une levée sur des supports informatiques (j’en parlerai prochainement) “ne fait pas l’unanimité, loin de là, chez les juristes”  non plus. Il serait difficile de prévoir un texte législatif comme souhaité qui enfreins une bibliothèque de mauvaise fois de faire des copies pour circulation au lieu de la conservation.

L’encadrement physique aux murs de la bibliothèque

L’absence d’une limite de nombre d’exemplaires, et la consultation sur place, qu’il cherche à dénoncer en « prêt intra-muros », amène Pierre Yves Gauthier à appeler aussi le législateur d’encadrer minutieusement cette opération « l’on ne voit pas pourquoi l’exception devrait aider à poursuivre la consultation sur place ». Une lecture attentive du texte suffit de répondre : la représentation est nécessitée « à préserver les conditions », c’est-à-dire afin que le support original ne soit pas abimé force de consultations répétitives. Ces changements, faits sur la demande des bibliothécaires, sont destinés à offrir une plus grande sécurité juridique à ceux chargés de préserver le patrimoine.

An engraving reproducing the 16th century painting by Giuseppe Arcimboldo, ‘The Librarian’. Image By Georg Philipp Harsdörffer [Public domain], via Wikimedia Commons

Les opposants de la numérisation se collent au cas du livre car, sans stipulation des terminaux dédiés, la numérisation sait remettre en cause la logique du système de prêt inter-établissement. Si les bibliothèques peuvent s’échanger des titres qu’elles n’auraient pas chacune par voie numérique, on aboutit à un système où elles mutualisent effectivement leurs fonds. En matière du livre, ce prêt s’opère par le biais d’une licence légale, tandis qu’il est réagi par convention dans d’autres domaines.


*Crews, Kenneth, Étude sur les limitations et exceptions au droit d’auteur en faveur des bibliothèques et des services d’archives OMPI 2008

Alleaume, C. Les exceptions de pédagogie et de recherche, Communication Commerce électronique n° 11, Novembre 2006, étude 27


The Intellectual Property of Apple Stores

Apple Inc., the computer maker,  has just received  some new intellectual property  protecting the appearance and configuration of the entrance to its boutique in Manhattan, NYC.

The Apple Store on 5th Avenue in New York. The company recently had the design of the structure protected

The design patent describes a 32-foot glass cube the covers the entrance to the subterranean shop; it names Steve P.  Jobs as one of the seven co-designers, another example of his implication in the aesthetic details of the company he managed.  “Design patents” are the analogue in the U.S. and other countries’ laws  to  design rights in the European Union and the Hague convention. Protection lasts for  14 or 15 years in the USA and  25 years in Europe.

A geometric glass shape, elegant as it may be is neither novel nor technical, instead design patents must be original designs, ornamental in nature. 

Their name sometimes leads to design patents being confused with “utility patents”, which protect technical inventions. Whereas patent patents should be bold new expansions of technology (as distinct from science) design patents protect styles.  Apple’s new design patent is remarkable because of its object is an architectural form, design rights typically protect “articles of manufacture”.

Prior Art : I.M. Pei put a glass pyramid over the entrance hall to the Louvre in 1989.

The exclusivity granted by a design patent is lesser than a “utility patent” , but it’s quicker and easier to obtain. A glass geometric shape  is not in any way a especially new entrance design : I.M. Pei’s sought to create the same sensation of light and air whilst going underground with his famous design for the Louvre in 1989. Whilst le Pyramide du Louvre is an aesthetic achievement it is a mitigated architectural one as the glass creates a noisy and stifling greenhouse effect underneath.

Apple’s retail program is another example of its vertical integration and it’s not unusual that the company want to protect its heavy investment.  It’s also be a source of legal inventiveness Apple acquired a US trademark on its interior store design last year and in July 2014 the ECJ validated the same trademark, an nice example of a non-traditional trademark in a post Sieckemann world. The court emphasised the principle of trademark law that no sign is per se disbarred once it can be represented graphically:

the layout of a retail store by means of an integral collection of lines, curves and shapes, may constitute a trade mark provided that it is capable of distinguishing the goods or services of one undertaking from those of other undertakings

However this does not mean that all signs are distinctive, the true test of a trademark. It is the level of differentiation in the eye of the consumer that matters for the granting of the trademark and will count were Apple ever to assert it against another retailer.


Descriptive drawing included in Apple’s original U.S. trademark application.

Proving distinctiveness is of course the hard part with a non-traditional mark, it took Apple 850 pages of filings over three years at the USPTO. The German application referred  to the ECJ was over 600 pages long. Interestingly, the European extension application includes colours such as the brown of the wooden tables. I’m not sure if its absence here is due to limitations in USPTO filing practices or a change to increase its distinctiveness.

The really interesting day will come when an infringement legal action is brought by Apple. At its heart the trademark describes a glass fronted, rectangular shop with rows of oblong wooden tables. Apple hasn’t managed privatise rectangular shops but rather a particular set of characteristics of its own.

…a primarily glass storefront, rectangular recessed lighting traversing the length of the store’s ceiling, Cantilevered shelving and recessed display spaces along the front side walls, rectangular tables arranged in a line in the middle of the store parallel to the walls and extending from the storefront to the back of the store, multi-tiered shelving along the rear walls, and an oblong table with stools located at the back of the store below video screens in the back wall.

Apple has in the past patented other elements of the stores, such as their special architectural glass panels and floating glass staircases.

“Concrescence” de Douglas Edric Stanley: La lecture juridique d’une oeuvre

Concrescence, est une œuvre audiovisuelle et interactive de l’American Douglas Edric Stanley. En déplaçant ses mains au-dessus d’une installation, le visiteur fait apparaître des images tirées du film Pyscho (Dir: Alfred Hitchcock, 1960). La séquence des clichés projetés varie en fonction des mouvements du visiteur en prenant en compte la direction, la rapidité et le nombre des intervenants. Le “utilisateur” assiste donc à la création d’une vision qui lui est propre et la collaboration entre visiteurs est encouragée. L’analyse de ces mouvements est faite par le biais des fréquences lumineuses projetées sur une simple table de bois 160cm x 85 cm x 88 cm, “l’hypertable”.

Ce système de surveillance distingue les mains de la table et donne des instructions au vidéoprojecteur de “cultiver” une séquence d’images autour des mains. En sortant d’une base de données, elles passent par un logiciel, “un simple sémantique processeur”, qui limite l’accumulation des images aux celles qui ont des relations conceptuelles entre elles, relation qui fut définie par avance par l’artiste.  Stanley fait ainsi des séries de séquences qu’il permet aux visiteurs à découvrir dans l’ordre et le temps qu’ils souhaitent.

Son titre fait référence aux processus  de fusion et croissance. En botanique où elle désigne la croissance simultanée de deux fleurs qui restent soudées. Elle est par ailleurs employée en odontologie pour signifier  la maladie où les racines de deux dents se fusent ou encore en philosophie de processus , la processus par laquelle deux entités auparavant distinctes se forment en une nouvelle.

Stanley appelle sa création un genre de “cinéma interactif et algorithmique“. Comme il explique dans cette vidéo, il désire poser des questions du futur cinéma traditionnel par rapport aux possibilités émergentes en art algorithmique.

De la même manière, l’œuvre de Stanley présent au jeune juriste un tas d’interrogations relatif à son statut en droit d’auteur. De quel genre relève-t-elle? Aux quelles protections juridiques peut-elle prétendre? Est-ce qu’une telle œuvre peut même être protégée par un droit d’auteur ?

La bonne règle juridique est celle qui est souple et s’adapte aux situations futures sans en anticiper trop. Ainsi prévoit l’article L 111-1 du Code de la Propriété Intellectuelle,

L’auteur d’une œuvre de l’esprit jouit sur cette œuvre, du seul fait de sa création, d’un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous.

Le droit d’auteur est indiffèrent à “la forme, le genre d’expression le mérite ou la destination”. En effet, pour le droit Concrescence n’est pas moins noble qu’une peinture qui n’est que belle parce que son créateur, qui est aussi enseignant, souhaite faire penser. Dès le XIXeme siècle le juge français consacre la théorie de l’unité de l’art qui lui interdit de faire le critique d’art. Aux yeux d’un magistrat, l’art, c’est l’art et tout l’art, et pas pour autant qu’il fait l’art pour l’art. Le juge va donc développer ses propres critères à faire le tri.

Quant à la forme, il est néanmoins nécessaire qu’il en y a une parce que la loi ne protège que les œuvres et non les idées, ou, les idées sont de libre parcours.   Dans son article L112-2 le Code assiste le juriste en lui donnant quelques exemples de forme protégeable, tout en précisant que la liste n’est pas limitative. Les artistes, comme à leur habitude, ne cessent pas d’imaginer des nouvelles formes possibles. La jurisprudence est donc régulièrement saisie par la question. Toute œuvre ayant une forme n’est cependant pas protégée: il faut, en outre, qu’elle ait une originalité et porte l’empreinte de la personnalité de son auteur. La jurisprudence assimile les œuvres multimédias, telles que celle de Stanley, à aux audiovisuelles car elles comprennent un mélange d’image et de son.

Juridiquement, Concrescence se place sous le régime des œuvres dites “composites”, défini à l’article L. 113-2 du Code, en raison de sa réutilisation d’une œuvre préexistante, le film Pyscho de Hitchcock. Bien qu’une œuvre composite incorpore cette première œuvre sans la collaboration de son auteur, ce dernier n’en est pas auteur. C’est ce qui est précisé à l’article L. 113-4 selon lequel « l’oeuvre composite est la propriété de l’auteur qui l’a réalisée,
sous réserve des droits de l’auteur de l’oeuvre préexistante

Ce type de création présent encore plus de problèmes car il est parfois difficile de capter l’ensemble des éléments constituant l’œuvre.  Quand l’installation sera démantelée, l’on peut être s’en servir des différentes pièces que l’on aurait trouvées dans la poubelle pour autre chose, non? La qualifitition d’œuvre multimédia n’empêche pas que d’autres aspects de l’œuvre soient protégés.

D’abord, les maquettes et desseins de conception produits pendant sa réalisation de l’œuvre peuvent être protégés indépendamment par un droit d’auteur à conditions qu’il soient originales et aient l’empreinte de la personnalité de leur auteur.

J’ai discuté déjà les emplois variés du mot “Concrescence” que intitule l’œuvre. Souvent un titre éclaire, met en contexte ou énonce l’œuvre qui lui est le porteur. C’est peut être pourquoi le droit d’auteur français les revête d’une protection spéciale  une fois original. Le deuxième Alenia de L112-4 du CPI donne un raisonnement proche au principe de spécialité en droit des marques:

Nul ne peut, même si l’oeuvre n’est plus protégée dans les termes des articles L. 123-1 à L. 123-3, utiliser ce titre pour individualiser une oeuvre du même genre, dans des conditions susceptibles de provoquer une confusion.

Un des aspects marquant du projet de Stanley est son usage du logiciel . Sous l’influence internationale du droit américain, les logiciels figurent belle et bien dans la liste des exemples précitée; leur place sur laquelle est souvent débattue par les juristes. Le cas de Stanley, un artiste aussi programmateur, est intéressant car il brouille la ligne nette entre d’une part, l’art, et d’autre le domaine technique.

Les producteurs de base de données bénéficient d’une double protection: un droit d’auteur si leurs bases ont un caractère original et un droit sui generis qu’elles en ait un ou non. Stanley peut prétendre à la deuxième protection pour sa simple compilation des clichés d’un film.

Une des questions les plus intéressantes qui se posent est non les droits de l’artiste mais à quel point les “interacteurs” construient une œuvre par leurs interventions? Une fois le corps impliqué, il s’agit un droit voisin de l’artiste-interprète.

Un portait de l’artiste-interprète en tant que fillette?

Il y a deux extrêmes et certains projets d’art impliquent très fortement les visiteurs. En l’espèce, vu les sélections et encadrement faits, il est douteux que les images sur table portent une empreinte de la personnalité des gens qui mettent la main.

Le droit d’auteur, confronté par des œuvres imaginatives,  peut donc rassembler plusieurs de ses armes afin de l’englober. Bref, une approche, er, originale…

Orson Welles’s Career Advice

“No, I don’t think anybody spreads himself too thin. I think people say that about me when they want to explain why I’m not better than they think I ought to be; and it’s very nice of them to say it. I think people specialise too much–everybody. I think anybody who can communicate in any medium can do it in at least two or three different ways and ought to try.”

Orson Welles (1915-1985) was himself an actor and director across theatre, television, radio and cinema. He managed to make notable productions in all of these media, including “Voodoo” Macbeth, his famous War of the Worlds radio broadcast, and the films Citizen Kane (1941) and Touch of Evil (1958). He was an accomplished stage magician, a talent he once talked about putting to use spending a day reading tarot cards. These aptitudes for illusion were put to good use in F for fake (1974) , a sort of film-essay on suggestion, acting and, as he says here, communication.

Welles gave his interview in a hotel room in Paris in 1960; he spend much time in Europe after the War feeling that conditions in the USA stifled his art. He never achieved the level of creative control that he felt he required and his output was, thus, sadly limited. The baritone voice and easy-going manner — which make interviews such this one such a  treat to listen to—were reduced to voice-over and advertising employment later in his career.   Nevertheless, he is often  acclaimed as the greatest film-maker of all-time; and Citizen Kane, which he wrote, directed, produced, and starred in, as the greatest film ever made. He made his début on stage in 1931 in the Gate Theatre, Dublin, where he brazenly presented himself as a famous Hollywood star. The Dublin theatre director knowingly put him on stage anyway.

La protection du plus faible: le droit de la consommation

En Droit, l’on parle souvent du besoin d’accorder le bénéfice du doute au parti le plus faible, ce qui n’est jamais plus évident qu’en matière de Droit de la consommation. Vu la complexité de l’économie moderne, il est impossible qu’un simple consommateur—que nous tous sommes—vérifie tout produit pour ses vices cachés, etc. En économie, l’on parle du problème de l’asymétrie d’information, une source d’inefficacité, dont les deux solutions principales sont les signaux et la sélection.  Dans son rôle protecteur, l’on peut penser au Droit de la consommation comme une source de sélection légale: il force le plus informé, le professionnel, de dévoiler ce qu’il sait.

L’économiste George Akerlof développa la théorie de l’asymétrie d’information dans son fameux article “The Market for Lemons” (“Le marché de tacots”) (1970). Ce travail lui vaut un prix Nobel d’économie en 2001.

L’Organisation de la Protection du Consommateur

La loi fait différentes impositions aux marchands pour éviter les pratiques considérées “déloyales”. D’abord, une obligation d’information pré-achat leur est faite afin que les consommateurs puissent faire leur choix dans les meilleures conditions ( I ).  Dans un second temps, le Droit pénal intervient censurer ceux qui vont plus loin et cherchent à soit tromper le client soit s’abuser de son état de faiblesse (II).  Comme quasiment tout domaine du Droit, cette matière est sous forte influence du Droit communautaire, le texte pertinent ici étant la Directive (2005/29/CE). Elle met l’accent sur la libre prise de décision du consommateur et attend le respect d’une diligence professionnelle des vendeurs. Le Droit se durcit donc en face des pratiques “agressives”.

L’obligation à l’information

Régime général

Pèse sur tout professionnel une obligation d’information et de renseignement erga omnes envers  son co-contractant consommateur dont le non-respect peut engager la responsabilité civile délictuelle, quand elle intervient dans la période précontractuelle, et civile contractuelle après la valable formation du contrat. Celle-ci est envers tout consommateur, mais aussi un professionnel contractant en dehors de son sphère habituel d’activité.   La Cour de cassation a même entendu la portée de celle-ci à l’ensemble des parties concernées par un acte juridique. Par contre, dès lors qu’un acte ne concernait que son client, par exemple un acte procédural, l’obligation d’information d’un avocat sur des risques encourus n’existait qu’envers celui-ci (Cass. civ 1ere 14 janvier 1997).

L’obligation légale est fondée sur l’article L 111-1 du Code de la consommation:

I. – Tout professionnel vendeur de biens doit, avant la conclusion du contrat, mettre le consommateur en mesure de connaître les caractéristiques essentielles du bien.

C’est une obligation de moyen qui pèse sur tout vendeur et lui oblige de s’en renseigner auprès des fournisseurs, même à l’étranger. Elle se transforme en obligation de résultat en matière de restauration et de transport. Le 11 janvier 1976, la Cour a affirmé qu’une obligation a minima, un régime moins exigeant, pèse sur le vendeur occasionnel.  A côté de ce régime classique, il existe des obligations accessoires.

La loi Toubon du 4 août 1994 impose l’usage du français pour l’offre, publicité et présentation des biens et services. Elle s’inscrit dans une tradition qui date d’une ordonnance de 1539.  On note que cette règle se fonde sur le terrain de l’information à la consommation et non sur celui de protection du patrimoine, comme il en est souvent caractérisé. Un arrêt de la Cour de Justice Européenne du 12 septembre 2000 interdit, sur le fondement de libre circulation des marchandises, l’imposition de seule la langue officielle de l’état en question—sans admettre qu’une autre soit facilement compromise par les acheteurs en question—est contraire au Droit communautaire. Ce qui importe, c’est l’information aux consommateurs, qui peut, en certains cas, être fournie par des moyens autre que l’étiquetage.  Le Code inclut donc R 112-8 qui prévoit la possibilité que les mentions puissent y figurer dans “une ou plusieurs langues”  tout en exigeant la langue française. 

De façon similaire, en matière du prix, depuis la loi entrée en vigueur le 1er janvier 2002,  les prix des biens ou prestations de services doivent être affichés clairement en euro et toutes taxes comprises sans qu’il soit nécessaire de s’adresser au vendeur.

L 111-2 prévoit non seulement le délai pendant lequel les biens peuvent être mis à disposition de l’acquéreur mais aussi la disponibilité des pièces indispensables à son utilisation. La Cour de cassation retient que le préjudice vient du fait que le consommateur n’ait jamais acheté le bien s’il en avait été informé. Quant à le délai de livraison, qui doit être fixée au moment de la conclusion du contrat, il sert comme terme d’exécution du celui-ci à déchéance duquel la responsabilité contractuelle peut être invoquée. Cependant, les formalités du Code de la consommation ne  sont pas prescrites à peine de nullité du contrat (Cass. 1ere Civ. 15 décembre 1998).

Contrats spécifiques

D’après La loi pour la confiance dans l’économie numérique du 21 juin 2004, le contrat électronique est celui qui est conclu dans le cadre d’une activité économique par laquelle « une personne propose ou assure à distance et par voie électronique la fourniture de bien ou de service ».  Cette loi fait époque en faisant entrer l’économie numérique dans le cadre du Droit de la consommation. Ainsi a-t-elle permis une croissance explosive des ventes en ligne et la formation des contrats purement électronique. Elle est codifiée aux articles 1369-1 et suivants du Code civil. 

Les articles 1329 et suivants du Code civil règlent les conditions de formation de contrat par voie électronique.

Une gamme large des produits et services entre dans son champ d’application, tels que les services d’informations, outils de recherche, même les bases de données juridiques, vente des produits physiques, etc. La loi s’applique aux “cybervendeurs”, une distinction n’est pas faite entre personnes physiques ou morales, personnelles ou professionnelles, qui doivent être identifiés sur le site de façon similaire qu’on s’identifié au Registre de commerce des sociétés.

Le contrat doit se former sur un support durable susceptible d’archivage et extraction par le consommateur. L’internaute aura l’occasion de voir le formulaire et y corriger les erreurs de saisie avant la conclusion. Il sera également informé de tous ses droits de rétraction. L’obligation d’information est plus lourde et inclut toute information sur les moyens techniques et les étapes de formation du contrat.

Sous l’influence de la directive européenne de 2005, les obligations précontractuelles spécifiques existent dans certains secteurs lors qu’un risque particulier existe:

  1. En assurance, une fiche précontractuelle est exigée à peine de nullité (L 112-5 et L 132-5 Code  des assurances)
  2. les établissements de crédit doivent fournir toute information relative aux fonctionnement du compte et prix des services à peine d’exigibilité des tels frais (décret du 24 juillet 1984).
  3. Sous peine de nullité de la vente, le concessionnaire d’un automobile doit remettre une fiche détaillant le prix, délai de livraison ainsi que les caractéristiques techniques (arrêté du 30 juin 1974).
  4. Les agences de voyages doivent informer leurs clients par écrit le contenu des prestations proposées et le moyens d’indemnisation sous peine de nullité et droit aux réparations (15 juin 1994).

La pailler le risque posé par la multiplication des formalités, clauses et écrits, l’article L 133-2 du Code de la consommation précise qu’un langage clair et accessible à tous doit être utilisé, ainsi qu’une taille de police visible (minimum huit). La Cour de cassation a eu l’occasion d’énoncer que les termes juridiques précis ne sont pas nécessairement exclus du  langage “accessible” et rappelle le but de l’exercice en  considérant qu’en cas de doute la clause s’interprète de façon plus favorable au consommateur.

Protection pénale

Le Code de la consommation regroupe plusieurs délits pénaux qui protègent les atteintes au consentement du consommateur.  Ces infractions, la tromperie, l’abus de faiblesse, la publicité mensongère ou trompeuse et la falsification, ont pour but l’interdiction de fausser le consentement  des consommateurs, à la différence des simples obligations d’information qui assurent qu’il n’ignore pas l’essentiel.

La tromperie

Il s’agit des fausses déclarations sur la qualité substantielle de la chose vendue “par quelque moyen ou procédé que ce soit, même par l’intermédiaire d’un tiers” (L 213-1 Code de la consommation). Ce peut porter sur la qualité, la quantité ou l’usage du produit concerné. Pour établir qu’il y ait eu une tromperie, il faut d’abord déterminer les qualités substantielles de la chose, sur lesquelles le consommateur est réputé prendre sa décision; c’est l’élément matériel. L’élément intentionnel sera la volonté de pousser le cocontractant à s’engager, il suffit qu’il y a un contrat et n’est pas nécessaire qu’il soit conclu. Par ailleurs, la tentative à la tromperie est possible: dans une affaire la Cour de cassation a considéré que la simple mise sur le marché d’une échantillon suffit pour le caractériser. Dans un arrêt de principe du 4 novembre 2008, la Cour de cassation a étendu le champ d’application de ce délit aux professionnels contractant entre eux-mêmes; en l’espèce les marchandises avaient un caractère radioactif dangereux pour la santé de l’homme (Cass.  Crim.  4 novembre 2008).

La falsification

C’est un délit qui concerne surtout les domaines alimentaire et de médicamenteux. C’est un procédé volontaire par lequel on modifie les données ou les marques d’origine d’un produit, en général avec le but de soustraire un élément du produit (matériel) tout en connaissant l’efficacité ou inefficacité du produit et l’e risque potentiel (intentionnel).

L’abus de faiblesse

La notion de l’abus de faiblesse protège le détournement de consentement d’une personne qui “n’était pas en mesure d’apprécier la portée des engagements” (L 122-8/-10 Code de la Consommation). La nature exacte d’un état de faiblesse, ou bien d’ignorance, s’apprécie cas par cas. Le Code pénal donne plus des éléments in concreto concernant la faiblesse elle-même: Il peut s’agir d’un état permanent aussi bien que momentanée et résulter des faits variés tels que l’âge avancé, une maladie physique ou psychique, la mécompréhension du français, ou même la grossesse. Pour sa part, le Code de la consommation met l’accent plus sur le lieu de l’interaction, qu’il interprète de manière large: démarchage à domicile, salons, foires, réunions spécialement organisées et al. Le Code pénal prévoit les peines plus sévères que le code de la consommation dans son article L 213-5-2.

La publicité mensongère

Les pratiques commerciales et publicité trompeuses sont expressément interdites par les articles L 122-1 au –15-4 du Code de la consommation. Bien que ces articles parle d’une part “pratiques commerciales” et d’une autre de “publicité”, aucune définition de ce dernier terme n’existe en Droit français. L’on peut recourir à celle proposée par la directive 84/450/CE “toute forme de communication faite dans le cadre d’une activité commerciale, industrielle, artisanale ou libérale dans le but de promouvoir la fourniture de biens ou de services, y compris les biens immeubles, les droits et les obligations”, le même texte définit la publicité trompeuse comme celle qui “induit en erreur ou est susceptible d’induire en erreur” le consommateur visé. La Cour de cassation entend par publicité “tout document commercial … dont les indications et la présentation permettent aux clients potentiels auprès desquels il est diffusé, de se former une opinion sur les résultats attendus du bien ou du service proposé” (Cass. Crim. 16 novembre 1994).

Il est surtout le caractère mensonger que le juge va rechercher, “sur les qualités substantielles de la chose et son effet à l’égard du consommateur moyen, normalement intelligent et attentif, n’impliquant pas un degré de discernement exceptionnel”. Autrement dit, les fait s’apprécient in abstracto et non à l’égard de l’individu. Des exceptions notables incluent la publicité légalement requise: l’on aurait du mal à prouver la caractère mensonger de “FUMER TUE” dans ce sens. Outre les sanctions pénales, la victime peut engager la responsabilité civile de l’annonceur pour obtenir des dommages et intérêts ou l’annulation du contrat .

Quels droits en cas de refus? Désistements, yield Management et refus de passage: La responsabilité des transporteurs aériens

“The modern modes of travelling cannot compare with the mail-coach system in grandeur and power. They boast of more velocity, but not however as a consciousness, but as a fact of our lifeless knowledge, resting upon alien evidence; as, for instance, because somebody says that we have gone fifty miles in the hour, or upon the evidence of a result, as that actually we find ourselves in York four hours after leaving London. Apart from such an assertion, or such a result, I am little aware of the pace. But, seated on the old mail-coach, we needed no evidence out of ourselves to indicate the velocity. On this system the word was–Non magna loquimur, as upon railways, but magna vivimus. The vital experience of the glad animal sensibilities made doubts impossible on the question of our speed; we heard our speed, we saw it, we felt it as a thrilling; and this speed was not the product of blind insensate agencies, that had no sympathy to give, but was incarnated in the fiery eyeballs of an animal, in his dilated nostril, spasmodic muscles, and echoing hoofs.” –Thomas de Quincey, the English Mail Coach, or, the Glory of Motion (1849)

Un élément clé de l’exploitation rentable d’une compagnie aérienne et le yield management, ou gestion de rendement. En effet, comme les places sont “périssables”, elles sont obligées de sur-réserver les vols afin de tenir en compte un taux de désistement qui peut s’élever à 20%. Une fois que l’avion est rempli, il ne reste qu’à transporter le passager et ses bagages à destination. Le transport des bagages, une activité auxiliaire, implique une chaine complexe ce qui entraine souvent des bagages égarés. Finalement, a le simple passager, chair et os dans un aigle d’acier,  qui est vulnérable aux dommages corporels. 

Face aux impératives économiques et le pouvoir des grands opérateurs, la loi vient engager la responsabilité des transporteurs afin de tenir en équilibre l’exécution du contrat de transport.  Avant d’examiner ces trois régimes de responsabilité en détail—, sécurité, bagages, retards et refus d’embarquement— il convient d’établir le cadre juridique.

La loi encadre ses trois responsabilités dans différentes façons et son approche a évolue dans le temps. La responsabilité pour dommages corporels, auparavant délictuelle trouve son fondement contractuel en 1911, plus tard des régimes spécifiques aériens interviennent. Avant d’examiner ces régimes en détail, il convient d’établir le cadre juridique.

Le cadre juridique international

Les conventions

Etant donné la nature des transports internationaux aériens, le Droit espérant l’encadrer doit d’abord doit s’organiser sur le plan international. Très tôt, les professionnels du secteur se sont réunis à Varsovie et la convention éponyme fut adoptée le 29 octobre 1929; elle sera modifiée à la Haye en 1955 et encore à Guadalajara le 18 septembre 1961.  Le temps change et la Convention de Montréal s’y substitue en le 28 mai 1999, convention qui fut adoptée en Droit communautaire par voie de décision du Conseil du 5 avril 2001. Dette dernière a institué un système de responsabilité civile illimitée et elles s’appliquent à tout transport international par aéronef ayant ses points de départ et d’arrivée dans un état parti à la Convention. Plus concrètement, le transporteur prend le relai de responsabilité du gestionnaire de l’aérogare lors d’embarquement. On se rappelle ici qu’on parle bien d’un accident survenu, la responsabilité du transporteur n’est pas engagée en cas d’un simple incident résultant de l’état physique existant.  En ces circonstances la responsabilité du transporteur est présumée.

Adoption en Droit Européen

La convention de Montréal est adopté en Europe par une décision du Conseil  décision du Conseil du 5 avril 2001. Le  Règlements (CE) n° 2027/97  existant sur la responsabilité aérienne est modifié par règlement (CE) n° 889/2002  qui a aligné le Droit communautaire sur le système de la convention de Montréal. Certaines dispositions, comme les avances en cas de blessure ou décès, sont devenues obligatoires.  Ce système est de responsabilité civile illimitée.

La Responsabilité…

pour dommages corporels

En Droit français, la responsabilité d’un transporteur est une construction prétorienne intervenue relativement tard. Pour la plupart de l’histoire le voyage était une entreprise périlleuse, le chemin semé d’embuches auxquels le transporteur ne pouvait pas nécessairement faire face tout seul. Au fil du temps, l’homme ma^trise son environnent et développe des machines   plus en plus avancée dont le simple passager ne peut pas souhaiter comprendre tout les aspects.

En 1907 à bord une traversée du méditerrané, était telle le cas de M. Hamida, qui assis sous un pont dans le siège lui accordé par la compagnie fur blessé par un tonneau mal-arrimé. Dans un arrêt du 21 novembre 1911  la Cour de cassation énonce, tout en visant l’article 1134 du Code civil, que le contrat de transport inclut “l’obligation de conduire le voyageur sain et sauf à destination”, quand auparavant une telle responsabilité ne pouvait être que délictuelle. Deux ans plus tard, elle consacré le même principe au transport terrestre (Cass. Civ., 27 janvier et 21 avril 1913, D.P. 1913, I, 249 pour les deux arrêts ; S. 1913, I, p. 177 pour le premier arrêt) dans une affaire où la rupture d’un rail a engagé la responsabilité de la SNCF envers ses passagers. 

La différence pratique entre une obligation contractuelle de sécurité et une délictuelle est que le passager blessé n’a plus à prouver la faute du transporteur; elle s’approche plus à une obligation de résultat.  Cette obligation de sécurité s’entend pendant toute l’exécution matérielle du transport, la Cour a eu l’occasion de le préciser dans l’affaire Carmelo, visant l’article 1147 du Code civil que “L’OBLIGATION DE CONDUIRE LE VOYAGEUR SAIN ET SAUF A DESTINATION RESULTANT DE CET ARTICLE N’EXISTE A LA CHARGE DU TRANSPORTEUR QUE PENDANT L’EXECUTION DU CONTRAT DE TRANSPORT, C’EST-A-DIRE A PARTIR DU MOMENT OU LE VOYAGEUR COMMENCE A MONTER DANS LE VEHICULE ET JUSQU’AU MOMENT OU IL ACHEVE D’EN DESCENDRE” (Cass. Civ. 1ere, 1er juillet 1969).

Ce principe, d’une obligation de sécurité de résultat pendant le voyage, était affirmé  un an plus tard dans une affaire où la Cour énonce, “LORSQUE LE VOYAGEUR A ACHEVE DE DESCENDRE DU VEHICULE, LE TRANSPORTEUR RESTE TENU ENCORE A SON EGARD A UNE OBLIGATION GENERALE DE PRUDENCE ET DE DILIGENCE ;” en l’espèce une veille passagère fut bousculée par deux autres passagers courant  (Cass. civ. 1ere 21 juillet 1970).

La sortie au Métro à la Gare de l’Est en 2007. En 1970, la Cour de cassation a condamné la SNCF pour ne pas avoir fait son prudence et sa diligence après qu’une veille passagère a été fait tomber dans cette halle d’arrivée.

La Conventions de Varsovie (1929) a mis en place (ce qu’on appelle en Droit français) une obligation de moyen pesant sur le transporteur: il lui suffit de prendre toutes les mesures nécessaires et possibles d’écarter le risque, c’est un standard moins exigeant que la force majeure. La responsabilité est aussi limitée dans l’indemnisation possible à 8 300 Droits de Tirage Spéciaux sauf en cas de faute dolosive ou inexcusable, ce qui est peu aujourd’hui.

Sous la Convention de Montréal a institué un différent système à partir de 1999.  On distingue un premier niveau de responsabilité stricte, des cas de dommages inferieur à 100 000 DTS (environ EUR 131  190 en mai 2013) où il n’y a pas d’exonération possible.  Au-delà de ce montant, le transporteur a la possibilité de prouver qu’il n’ait pas été négligent ou que la faute vienne d’un tiers.  Ce régime prévoit aussi la possibilité de avancer des prévisions au blessé ou ses ayants droits, ces indemnités étant avancées pour répondre aux besoins immédiates des victimes. En Europe, c’est devenue une obligation dans le règlement 2027-97.

…à transporter les bagages

Les bagages à main sont sous la surveillance des passagers et ceux mis en soute sont à la responsabilité du transporteur. La convention de Varsovie assimile les bagages au régime des marchandises. Le transporteur est tenu à une responsabilité présumée dont il ne peut se décharger que s’il prouve avoir pris toutes les mesures nécessaires ou possibles. En matière des bagages à main la charge de la prévue sera renversée, on doit lui imputer la faute. L’indemnisation est plafonnée à 16 500 DTS pour les bagages en soute, sauf en cas de faute lourde ou inexcusable, et 5000 francs d’or pour les bagages à main.

La convention de Montréal développe un régime propre aux bagages de passager. Les bagages enregistrés en mis dans la soute font peser une obligation de résultat sur le transporteur, dont la faute est présumée et qui ne peut s’exonérer qu’en prouvant que le dommage provient d’un vice ou la nature des bagages.  Le plafond d’indemnisation est de 1000 DTS par passager, qui sera levé en cas de faute lourde; de toute façon le passager peut déclarer une valeur supérieur à celle-ci avant le départ. 

Un chariot à bagages de la Compagnie des Messageries Aériennes à l’aérogare du Bourget en 1922, sept ans avant que la convention de Varsovie soit négociée. Crédit: Bibliothèque Nationale de France

…d’être à l’heure

Les deux conventions présument la faute du transporteur en cas de retard, même si Montréal précise plus en détail les putatives excuses. Sur le plan de réparation, la convention de Varsovie ne prévoit aucune limitation spécifique pendant que celle de Montréal envisage un plafond à l’hauteur de 4694 DTS, sauf, bien sûr, en cas faute lourde ou inexcusable. Pendant longtemps, les compagnies aériennes ont tenté d’écarter cette obligation par voie contractuelle . Même si la doctrine est partagée sur la validité de ces clauses de non-garantie des horaires, l’on reconnait qu’il s’agit d’une obligation de moyen car les aéroports peuvent retarder le vol. Généralement,  les compagnies aériennes peuvent se voir exonérées où leur obligation de sécurité supplante celle de célérité.  La jurisprudence a tranché la question de moyen: en général les transporteurs doivent s’acquitter des facteurs dans leur contrôle, comme, par exemple, les habituelles contrôles obligatoires, en revanche, ils sont exonérés en cas des facteurs externes, par ex. une file d’attente pour décoller, ou un grève des contrôleurs aériens (Cass. Com. 18 juin 2008). 


…en cas de refus

Un des cas le plus célébrés du strict Droit de la consommation dans l’Union Européenne est celui des refus à l’embarquement. Le règlement du 11 février 2004 (n°261-2004) “(“Etablissement des règles communes en matière d’indemnisation et d’enregistrement des passagers…”)  prévoit un système détaillé pour gérer les hypothèses de refus à l’embarquement. Le règlement se concerne particulièrement de la pratique de surréservation et l’hypothèse où la compagnie aérienne aurait vendu plus de places qu’elle a.

En effet, les compagnies aériennes, mais aussi les hôteliers et autres entreprises de service peuvent souffrir un taux de désistement à l’hauteur de 20%. Le yield management cherche à optimiser le prix et la quantité de vente par l’analyse statistique.

En cas de sur-booking, le règlement prévoit que les compagnies vont faire appel aux volontaires pour qu’on renonce à sa place en contrepartie de certaines prestations fournies (elles ont aussi la possibilité de surclasser ou déclasser les gens). Toutefois, les passagers refusés on un droit à une assistance à un remboursement ou un réacheminement (article 8), à une prise en charge alimentaire (communication, repas, logement, transport, c’est l’article 9) et à une indemnisation selon la distance:

a) 250 euros pour tous les vols de 1 500 kilomètres ou moins;
b) 400 euros pour tous les vols intracommunautaires de plus de 1 500 kilomètres et pour tous les autres vols de 1 500 à 3 500 kilomètres;
c) 600 euros pour tous les vols qui ne relèvent pas des points a) ou b)

et ce compte tenu de la dernière destination où le passager arrivera. En outre, selon l’article 4 (3) le transporteur doit ce faire “immédiatement”. 

La Cour de justice avait l’occasion dans l’affaire Sturgeon en 2010 de se prononcer sur la différence entre un retard et une annulation; elle donne un créneau de trois heures avant que le droit d’indemnisation de l’article 7 puisse être invoqué.

Si le règlement renforce les droits des passagers en plusieurs respects, il prend le soin de ne pas les limiter par rapport aux conventions. L’article 12 prévoit que l’application de ce sera sans préjudice du droit de passager à une indemnisation supplémentaire, soit sur le fondement des conventions, soit sur le Droit commun.

Il faut malheursement dire que le règlement est peu appliqué dans la pratique, malgré le devoir d’en informer les passagers (article 14). En cas de violation, la CJCE a énoncé le 9 juillet 2011 que le tribunal compétent présentera un lien direct avec le contrat, c’est –à-dire le lieu de départ ou d’arrivée quel que soit la nationalité ou le domicile du transporteur ou passager. Les conventions rajoutent la possibilité de lieu de siège ou domicile.